Sélectionner une page

Ah, les stagiaires. Quelle drôle de race. Cette espèce à qui rien ne fait peur, à l’énergie débordante et à l’esprit vif.

MDR.

Ça, c’est plutôt le stagiaire tel qu’il est sur la brochure de son école ou tel qu’il se présente sur son CV. Prends-nous pour un con, Michel. C’est comme la différence entre le Big Mac de la pub et celui que tu retrouves dans la boîte. On nous vend un jeune étudiant frais et dynamique et on se retrouve avec un puceau qui ne sait rien faire de ses 10 doigts et qui écoute Despacito. Mais, comme un Big Mac, on continue d’en prendre parce que c’est pas cher et ça dépanne. Et puis ce sont tous les mêmes. Même efficacité et même talent pour ne rien branler. Bad Marketers vous liste 3 choses à faire pour vous assurer que votre stagiaire ne branle rien.

 

Le faire flipper : niveau 1

Le vrai kiff pour un stagiaire, c’est d’avoir un bureau isolé avec un mur derrière lui pour que personne ne voit ce qu’il fait sur son ordi. Facile pour lui de faire croire qu’il travaille : il fronce les sourcils, hoche la tête et fait du bruit quand il tape sur son clavier.

Voici une astuce pour vous amuser. Laissez le seul dans son bureau et observez-le de loin. Au moment où il a l’air le plus tranquille, rentrez vivement dans le bureau en ouvrant brutalement la porte et dirigez vous vers lui d’un pas rapide. Regardez avec quelle maladresse il se jette sur sa souris. Suivez son regard ; il fixe le coin supérieur droit de l’écran pour chercher le bouton « Fermer la page ». Il faisait bien autre chose et le gars vient de se griller. 2 victoires pour vous : vous avez la preuve qu’il ne faisait rien et vous avez réussi à lui faire chier dans son froc.

 

Le faire flipper : niveau 2

Convoquez-le dans votre bureau et dites-lui :

« Je viens de regarder ton historique de navigation. J’attends des explications ».

Evidemment, vous n’avez rien regardé du tout.

Regardez le devenir translucide. Son regard se vide. Il aura beau trouver tous les mensonges du monde, son langage non-verbal l’a grillé. Vous venez de créer un malaise mythique, de quoi le dégoûter de la vie professionnelle. Bravo.

 

La grande pause technique

Le stagiaire passe un temps infini aux toilettes. Lui, fait partie de ceux qui font caca en entreprise. Mais pour tromper tout le monde, il prend un carnet pour faire comme s’il allait s’isoler pour travailler. Bien essayé, gros malin. Mais quand il revient 40 minutes après avec une trace rouge sur le front comme quelqu’un qui vient de taper une grosse sieste, son plan tombe à l’eau. Et s’il prend son carnet, faut qu’il prenne aussi un stylo. C’est tout juste s’il ne lui reste pas une tâche de sperme sur le tee-shirt.

Demandez-lui s’il a bien travaillé. Et regardez avec quel aplomb ce merdeux vous ment. Souriez-lui, et dites-vous que c’est vous qui allez noter son rapport de stage. Il fera moins le malin quand il retapera sa première année de BTS.

Si on connait bien les stagiaires, c’est bien parce que nous l’avons été. Et ce n’est pas parce que quelqu’un est un branleur qui ne trouvera jamais du travail (cf la fonction publique et les experts comptable).

D’ailleurs, si vous cherchez un stage chez nous, merci de faire parvenir votre CV à l’adresse suivante : corbeille@bad-marketers.com

Maintenant, retournez bosser.