Sélectionner une page

Ils vont, ils viennent mais une chose est sure, ils ne restent pas alors la question est légitime : pourquoi se faire chier à retenir leurs prénoms ? Peut-on leur donner une adresse email commune genre lestagiaire@bad-marketers.com ? Faut-il les encourager ou même leur parler ?  En fait, tout dépend du type de stagiaire auquel vous avez à faire et nous sommes là pour vous guider.

Le confiant

Celui-ci se permet de donner son point de vue avec beaucoup d’aplomb et de confiance. Il pense savoir beaucoup de choses et s’approprie des concepts ou des idées qu’il a entendues par-ci, par là, comme s’il les avait inventés lui même. Ce qui vous agace, c’est qu’en plus de raconter des conneries, il vous prendrait presque de haut. Alors, tant que la société ne nous permettra pas de leur glisser une gifle derrière la tronche, contentez vous de l’envoyer en mission imaginaire de l’autre côté du bâtiment.

Notre conseil : retenez son prénom, mais écorchez-le à chaque fois, genre Jérôme au lieu de Jérémy. Il vous reprendra systématiquement et ça l’agacera. Nous vous conseillons aussi de lui donner des missions imaginaires un peu comme quand votre petit frère vous cassait les couilles pour jouer à la console. Faite-lui croire que vous jouez avec lui mais débranchez la manette. Vous devriez être tranquille !

Le modeste volontaire

Je l’aime bien celui-ci. C’est le genre de stagiaire qui sait qu’il doit fermer sa gueule mais qui reste dispo pour te filer un coup de main. Alors vous n’en aurez pas souvent, profitez en. C’est peut-être le seul qui mérite qu’on retienne son prénom. N’hésitez pas à lui faire faire des trucs cools, mais attention, il reste un stagiaire, vous pouvez quand même l’envoyer chercher vos impressions ou lui faire croire qu’il est convoqué par la DRH du groupe juste pour vous marrer.

Notre conseil : faites-lui un peu la misère, c’est pour son bien. Il ne faudrait pas qu’il prenne trop la confiance.

Le branleur

C’est un profil assez courant et pas chiant au premier abord. Son mode de fonctionnement est assez simple, il accepte toutes les missions que vous lui donnez, par contre il n’en fera pas une. Imperméable à toute forme de stress, il va, il vient sans but précis sauf peut être d’attendre la fin de journée pour aller continuer de ne rien foutre chez lui. S’il ne se trouve pas à son bureau vous pouvez le retrouver soit proche de la machine à café soit aux chiottes sans doute assis sur le trône en train de jouer à Candy Crush.

Notre conseil : Appelez-le par le prénom de l’ancien stagiaire et n’oubliez jamais qu’il ne sert à rien. Si vous avez du fil et les mains propres, profitez-en pour lui enfiler une batterie de Dacia Sandero dans le cul, le choque électrique pourrait lui remettre les idées en place.

L’incompétent

Alors celui-ci est génial, on se demande ce qu’il a branlé ces dernières années. Alors ok, vous allez me dire qu’un stagiaire est avant tout là pour se former mais quand ça fait 5 ans que tu étudies un sujet et que tu n’y pines toujours rien… je sais pas, change ! A la limite, une gastro peut te faire rater quelques cours dans le mois, mais pas tout ! Au pire, si tu ne comprends rien à rien, fait une fac de psycho, mais il ne faut reste là à essayer d’avoir un vrai métier. En plus, on ne lui filera jamais une mission parce qu’on sait qu’il va se démerder pour te niquer le business.

Conseil : ce conseil s’adresse à toi l’incompétent. Si tu as vraiment la flemme de bosser, essaye de rentrer en agence de com. Tu verras, tu n’auras rien besoin de savoir, contente toi de balancer de la merde et tu devrais être payé.

Ne retenez pas son prénom, il ne se souviendra pas du vôtre non plus.