Sélectionner une page

Beaucoup d’études ont été réalisées sur l’impact des relations interpersonnelles en entreprise. Une mauvaise communication est bien souvent synonyme de malentendus et de perte de temps et impacte la productivité. C’est pourquoi, beaucoup de branleurs psychologues vulgarisent les bonnes pratiques de la communication en entreprise. Le choix des mots, l’assertivité et la bienveillance semblent être les mots-clés fondamentaux pour la communication interpersonnelle. Chez Bad-Marketers, nous sommes plutôt nuancés là dessus. Parce que oui, il faut être sympa avec ses collègues, sourire à son patron et accepter de passer 2h dans une voiture avec un commercial. Sauf que bon. Dans des moments plus délicats, on peut aussi dire « Je t’emmerde ». Et voilà pourquoi.

Parce que tes collègues le méritent

Nous allons nous intéresser à un type de collègue particulier : ceux qui sont de mauvaise foi. Concrètement, ce sont les collègues à qui on a beau expliquer dix fois la même chose, avec des mots et angles différents, ils ne comprennent rien. Pourquoi ? Parce que directement ou indirectement, vous leur demandez d’accomplir une tâche. Et il se trouve que ces flemmards n’ont pas envie de comprendre parce qu’ils n’ont pas envie de la faire.

Prenons une situation de la vie de tous les jours.

  • Michel, tu te souviens du client à qui tu devais envoyer le compte-rendu le mois dernier ? Il l’attend toujours.
  • Hum, non. Je ne vois pas de qui tu parles.
  • Mais si, nous nous étions mis d’accord là-dessus. Je t’avais dit de lui envoyer un compte-rendu et tu as accepté.
  • Non, je crois que tu confonds.
  • Non je ne confonds pas : je t’ai relancé plusieurs fois par mails. Regarde ! (Montre les mails)
  • Ah ces mails là ? Je ne savais qu’ils étaient pour moi.
  • Tu sais quoi Michel ? Je t’emmerde.

Dans ce cas, oui. Un bon vieux « je t’emmerde » est largement justifié et tous les spécialistes vous le diront. Face à la mauvaise volonté, il ne faut pas hésiter à être brutal.

Parce que tes collègues ont des têtes de cons.

Ce sont ceux avec qui il est très difficile d’avoir une discussion sérieuse pour une raison purement physique. Leurs visages vous inspirent l’insulte, c’est plus fort que vous. Vous vous croisez au petit matin à la machine à café.

  • Votre collègue : Salut, comment tu vas ?
  • Vous : Je t’emmerde.

Pour favoriser la transparence

En communication, la transparence est fondamentale. Certaines personnes n’osent pas exprimer leurs sentiments par peur de se dévoiler ou par peur du conflit. Ne pas exprimer un ressenti peut être dangereux pour vous et la vie du groupe. Sans transparence, vous aurez à affronter des moments d’incompréhension dus à des non-dits. Simplement, si l’envie vous vient de dire à un de vos collègues « Je t’emmerde », et bien dites-le ; vous n’êtes sans doute pas le seul à le penser et vous aurez le soutien de vos collègues.

Parce que ça fait du bien

C’est vrai, ça. Peut-être qu’on peut juste dire « je t’emmerde » parce que c’est terriblement libérateur. Se sentir libre dans sa tête pour être plus confiant et être plus productif. Dire « Je t’emmerde » pour relancer l’économie.

 

En revanche, soyez constructif.

Bien sûr, lâcher une insulte gratuite ici et là ça fait du bien. Dans le milieu professionnel, il vaut mieux analyser en amont, prendre du recul et être objectif. Exemple de phrase à employer dans le milieu professionnel : « Objectivement, je t’emmerde ». Votre interlocuteur comprend que l’insulte est fondée et ne pourra rétorquer.

Vous pouvez également apporter plus de précision en apportant du concret. Exemple : « Je t’emmerde, et ce pour 3 raisons ». Ou encore, « j’ai bien analysé tes comportements à mon égard et à ceux de tes collègues ces derniers temps et, sans trop m’avancer, je t’emmerde. »

 

T’as bien compris ? Alors ose dire ce que tu penses, tourne toi vers ton prochain et dis-lui « Je t’emmerde ».

NB : « Va chier » et « je t’encule » sont également des formules qui fonctionnent.